0

«  Je me baladais sur l’avenue,

Le cœur ouvert à l’inconnu. »

 

1.Parfois, le réel surgit par-delà le spectacle.

2.Nous avons vu, Paris, et l’emblématique avenue des Champs Elysée sous un brouillard lacrymogène. Nous avons vu pousser les barricades, des fronts s’ouvrir un peu partout.

3.A mesure que la police repoussait les manifestants vers l’Arc de Triomphe, nous avons vu les rues adjacentes se remplir de jaune. Nous avons vu qu’il est impossible de contenir ce qui déborde. Il y avait de la beauté dans tout cela.

4.Nous avons vu des gens de tous âges, mus par une simple colère : celle de l’absence de sens d’une vie passée à travailler pour ne finalement obtenir que la misère et l’incertitude des lendemains.

5.Nous avons pris part à ce combat. Il semblerait même qu’une certaine ambassade de Belgique, face à l’Arc de Triomphe, ait été prise pour cible.

6.Nous avons vu dans cette foule des gens qui ne s’étaient jamais occupés de politique, ou si peu. Des gens qui préféraient faire autre chose. Des gens intimement persuadés qu’il est désormais impossible de faire autrement. Il y avait de la beauté dans cette détermination.

7.En fin d’après-midi, tandis que la colère s’éteignait dans la fatigue, nous nous sommes tous fais la bise, et nous nous sommes dit «  A samedi prochain. »

8.Ce qui s’est passé, ce samedi, à Paris n’était ni une manifestation, ni une émeute. C’était une insurrection.

9.Ce qui crée l’évènement, ce qui fait évènement, c’est ce mélange de confusion et de contamination qui s’opère dans la rencontre. Ainsi, une situation nouvelle et inédite créé chez les êtres qui y prirent part une nouvelle disposition aux choses, un nouveau point de vue sur lequel il est impossible de revenir. Il en va de même dans l’amour ou dans l’émeute. Nous avons été contaminés, nous aussi.

10.Pour qui s’est insurgés, la possibilité d’un autre monde est devenue sensible.

11.Trop habitués à l’impuissance, à l’atomisation, la convergence de tant d’être si différents vers un même but a eu pour vertu d’enclencher un désir de communauté, un désir de faire peuple. Personne, après de tels évènements, ne veut revenir à sa vie d’avant. Quelque soient la façon dont se terminera le mouvement gilet jaune, ses effets seront irréversibles.

12.Comme les doigts d’un paralysé retrouvent petit à petit la force de saisir un objet, une frange de la population en dissidence est en train de recouvrer le sentiment d’une puissance commune.

13.Nous sommes en train de retrouver la passion de nous retrouver.

14.Il y a dans le mouvement gilet jaune une puissance apocalyptique, c’est-à-dire, une puissance de révélation. Déjà, et depuis le début du mouvement, une certaine extrême gauche incapable de voir en dehors de ses schémas traditionnels a rejoint la rhétorique policière du pouvoir en voulant faire passer un mouvement aussi disparate et étrange que celui des gilets jaunes en un mouvement d’extrême droite. Nous avions déjà vu, lors de l’émeute du 06 novembre 2014 à Bruxelles, cette même gauche antiraciste, satisfaite d’y avoir photographié trois néo fascistes, servir l’argumentaire au parti de l’ordre. Tout émeutier, de fait, devenait un fasciste, ou un manipulé par l’extrême droite. Nous avons vu, aussi, le soir sur RTL-TVI, Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, lire une fiche de police et condamner les violences. Nous savons maintenant, que ces grands syndicats, ne sont pas des forces offensives, mais simplement, le dernier rempart de l’état policier pour encadrer les colères.

Françoise Bernard, secrétaire générale SETC à Liège assume par ailleurs dans les colonnes du très minable journal  le Soir cette fonction contre insurrectionnelle des grands syndicats :

« Si cette conflictualité [ celle des gilets jaunes] n’est pas organisée par les organisations syndicales, elle s’exprimera sous d’autres formes qui seront clairement moins contrôlables et donc moins pacifiées. Certain·es pourraient s’en réjouir. Nous pensons au contraire que la prospérité de nos pays a été réalisée grâce à cette concertation sociale. ».

ON voudrait contrôler et pacifier notre colère, donc.  Madame, merci de cet aveu !

15.Lorsque Tanguy quelques manifestations plus tard, avait défendu ses camarades en frappant l’ignoble commissaire Vandersmissen, il avait, de suite, été exclu de la FGTB et du PTB.

16.Ces faits sont assez signifiants en eux-mêmes

17.Les organisations, politiques, syndicales, sont avant tout mues par un principe d’auto-préservation. Le moyen se transforme alors en but. Le parti, véhicule pour atteindre la révolution, devient le but lui-même. L’idée de révolution alors, n’est plus mise qu’au service du parti. Toutes les organisations formelles confinent à l’idolâtrie.

18.Règlement de compte en famille : quant à certains anarchistes terré dans leurs squats à ressentiment qui trouvent absurdes de s’indigner contre une taxe. Nous tenons à leurs rappeler que les impôts et les taxes sont des piliers de l’état au même titre que l’armée ou la police. Nous convenons toutefois qu’il est moins aisé et moins amusant de caillasser une taxe.

19.Fort d’autant de constats, et d’autant d’intuition, le mouvement gilet jaune se veut «  apolitique ». Ce qu’il, n’est pas bien, entendu. Ce que le mouvement entend par apolitique, c’est une autonomie certaine par rapport aux syndicats, une autonomie certaine par rapport aux partis. Le mouvement gilet jaune est, et de loin, le collectif autonome le plus badass.

20.Tout ce dont nous autres, anarchistes, autonome, rêvions depuis des années, le mouvement gilet jaune est en train de le réaliser. Blocage des flux, refus des représentations, irruption au cœur d’un urbanisme et clos et bientôt, violation de la zone neutre à Bruxelles.

21.Pour notre part, nous apportons aucun crédit à tous les apprentis devins qui s’empressent de demander «  et après ? » pour ne pas avoir à se dire «  et maintenant ? »

22.Jusqu’ici, le jaune servait surtout à séparer le noir et le rouge. Désormais le jaune brille entre le rouge des flammes, et le noir des nuits émeutières.

23.Dans la mystique juive, il est interdit de prononcer le nom de Dieu car nommer les choses c’est avoir un pouvoir sur elles. C’est à la bourgeoisie et aux pouvoirs que revient le privilège de dire l’Histoire et de nommer les événements. C’est eux qui, après coup, diront ; ceci est une révolution.

24.Quand médias et politiques parlent de casseurs, ils ne font que se donner le pouvoir d’empêcher toute autre forme de luttes que celles, habituelles et inutiles, qui nous font marcher de gare du nord a gare du midi pour envoyer finalement, quelques contremaitres négocier à la table des puissants pour n’en rien obtenir.

25.Il n’y a pas de casseurs, il n’y a que des révoltés qui ont décidé d’agir autrement.

26.Est un casseur toute personne qui souhaite donner des conséquences à des pensées.

27.Méthode pacifiste et méthode violente ne s’opposent en rien. Ces deux méthodes deviennent même redoutables lorsqu’elles s’épousent.

28.Il y a toujours, parmi les mouvements de foule, des gens dont l’instinct est de se proclamer représentant. On les voix, avide, tout pressé de s’asseoir à la table des puissants, parler le langage vide du consensus. Ils obtiennent trois broutilles qu’ils font passer pour une victoire. Mais la victoire en vérité n’est que triomphe de leur orgueil. Voici le valet qui se sent l’égale du maitre maintenant qu’il a été invité à sa table.

29. Il y’a de l’Edouard Martin dans tous ceux qui veulent s’ériger représentant.

30.Laisser le mouvement gilet jaune être représenté par quelques clampin est le meilleur moyen de le rendre inefficace. Le pouvoir cherche des interlocuteurs  Ne lui en donnons pas. Nous ne discutons pas. Nous ordonnons.

31.Rien n’est neutre en ce monde. Surtout pas une zone qui regorge d’institutions politiques.

32.Braver la zone neutre, c’est réaffirmer que la ville est à nous.

La ville est à nous.

Il reste encore tant de choses à dire, mais nous avons été trop longs déjà. Que ce poème sous forme de points soit reçu comme il fut donné. Comme un long remerciement, et un ralliement pour tous qui ont pris part à ce mouvement.  Nous sommes des vôtres.

 

 

K-way noirs – gilets jaunes – chasubles rouges –
Convergence des mondes et révolution sociale
MAINTENANT.