Panier

Les publications de

Roland Devresse

Quelques thèses fondamentales sur le parti des oiseaux, son habitat, sa stratégie et les situations qui le font advenir.

Publié par Poèmes

Seigneur, quand froide est la prairie, Quand dans les hameaux abattus, Les longs angelus se sont tus… Sur la nature défleurie Faites s’abattre des grands cieux Les chers corbeaux délicieux. Armée étrange aux cris sévères, Les vents froids attaquent vos nids ! Vous, le long des fleuves jaunis, Sur les routes aux vieux calvaires, Sur les fossés et sur les trous Dispersez-vous, ralliez-vous !” Arthur…

Lire la suite

Élégie aux martinets noirs.

Publié par Poèmes

Je sais des fleuves qui déchirent des ciels. Je sais des ruisseaux qui s’égrainent pareil Au printemps des trottoirs. Je sais que dans le noir S’enchaînent et se font voir Des délires sans lyres. J’ai vu, o oui, j’ai vu des étés sans martinets Ils se sont tous posés Petits être accablés ne savent plus s’envoler. C’est bien la peine de crier des lunes et…

Lire la suite

Et la guerre arrive toujours trop tard.

Publié par Poèmes

Longue est la nuit Sans lune Où seules luisent Quelques étoiles éteintes Brefs sont les rêves — Et la guerre arrive toujours trop tard. — Sans méthode et sans bruit Tard vient la Nuit Quand sonne le tocsin Et résonne le venin Des jours trop longs — Et la guerre arrive toujours trop tard. — A quelques jours du jour Trop tard dans le bruit…

Lire la suite

Tentative de définition de l’Anathèmisme.

Publié par Poèmes
Faire de la poésie Cela peut tout aussi bien vouloir dire : Écrire des vers Placarder des pamphlets en ville Les voir s’effacer Les placarder encore Faire de la poésie Cela peut tout aussi bien vouloir dire Commettre anonymement des chroniques à la radio Des chroniques sans époque Et les voir s’en aller comme des bouteilles Jetées à la mer des ondes Les voir disparaitre...
Lire la suite

Le Parti des Oiseaux / Un poème

Publié par Poèmes

   le Parti des Oiseaux   Rendez-nous les saisons. Rendez-nous les hivers que vos villes ont rendus fous Rendez-nous les étés que vos voitures ont étouffés Rendez-nous l’automne aux mille couleurs de bruns et de morts. De décomposition Dans le regard d’une vache Je vis l’histoire de la civilisation Triste regard de la bête percluse La vache est toujours déjà De l’environnement   Rendez-nous l’aurore…

Lire la suite