Panier

Category

Accueil

Possessions et simulacres / s’extraire de l’âge sombre.

Publié par Accueil, Questionner l'essence

Nous n’avons pas su nous désacraliser. Nos efforts tendus en vue de rationaliser notre rapport au réel sont un échec. Nous le constatons en nous tournant vers le vieux monde. Voyons comme continuellement il s’effondre sur ses promesses en frigolite et comme il nous faut adhérer à sa mythologie de statistiques sinon nous résoudre au blasphème. Selon l’usage, nous aurions pu contenter ce propos d’une…

Lire la suite
Duane Michals, The Spirit Leaves the Body, 1968

Faire nuit / Nocturne des bibliothèques

Publié par Accueil, Narrations

Suite à une invitation d’Aliette Griz et de la bibliothèque communale Hergé, nous avons fait écrire au public de la nocturne du 26 novembre des fragments de rêves, des souvenirs. Ici, une retranscription de cette proposition d’écriture à plusieurs mains. J’ai rêvé de toi, j’en rêve chaque matin. J’ai rêvé de la mer qui te couvrait comme un drap et tu dormais à mes côtés…

Lire la suite

Marine Debilly / Un regard sur le monde

Publié par Accueil, Tribune

L’autre jour, j’ai laissé mon regard se poser sur le monde, sans peur d’observer.J’ai laissé mes pas m’emmener. J’ai laissé la rencontre opérer sa ronde ascendante.J’ai pu sourire à l’inconnu que je connus.J’ai accepté tous les cadeaux, et tous les cadeaux se sont transformés en trésors pour tout le monde.J’ai bu la beauté des gens, du vent, des mouvements comme autant de danses merveilleuses.J’ai aimé…

Lire la suite

Éden en corps / Un poème

Publié par Accueil, Poèmes
Un texte signé Nathaniel Molamba au cours d'un atelier proposé par François Bon Nous étions, dans une autre vie, des êtres faits de brumes et de silences. Au réveil, des éclats d'étoiles écumaient sous tes paupières. J'ai l'image de ton ventre poli où s'érigeaient autrefois les cannelures ivoire d'un temple phénicien. J’aimais y promener mes yeux, laisser mes yeux dévaler tes courbes en roulant et...
Lire la suite

Marie Lemot / L’odyssée des sacoches oranges

Publié par Accueil, Verbaliser la forme

Je réalisais que leur “handicap” venait seulement d’un déni de ce qu’ils étaient pour ce qu’ils étaient et que cette mise à l’écart systématique les plaçait là où ils ne pourraient jamais l’être, reconnu. Marie Lemot   Chaque année, pendant les périodes estivales, les institutions spécialisées profitent du beau temps pour envoyer leur résidents en vacances. Dans le milieu, on appelle ça des Séjours Adaptés….

Lire la suite

Psycliques / La poésie des menstruations

Publié par Accueil, Poèmes
Un poème extrait de la sixième anthologie des poèmes du Mot : Lame, Nos Périodes - VI - Menstruations. Image extraite du film : Le Songe d'une nuit d'été  par William Dieterle et Max Reinhardt, 1935. Nathaniel Molamba Avril Elle : Je sens que je vais les avoir Lui : Comment tu le sais ? *bruit des mers* Il t’arrivait parfois de m’inviter au sommet des...
Lire la suite

Je ne suis pas de votre vitesse

Publié par Accueil, Tribune
Il n’y a pas une notion à ce point à contresens de la modernité que la durée. Nathaniel Molamba      Il n’y a pas une notion à ce point à contresens de la modernité que la durée. Le caractère de ce qui dure. La poésie par exemple, est tout entière une affaire de durée. De saisir dans la durée ce qui relève d’une manifestation...
Lire la suite

HEPTAMEROS / Un poème signé ZELIG

Publié par Accueil, Poèmes

Ce texte est publié dans le recueil Période IV – Érotisme. Il est signé par ZELIG. Synecdoque d’atome, de verre et de tôle. En exil dans les matins périphériques Les métronomes s’agitent rythment la pluie du chemin quotidien Voie de fer bordé de sycomores Le Styx bouchonne Et tu infuses des pensées narcotiques. Fiel nacré d’or noir Mantra secret des heures salariées où, las du…

Lire la suite

Tour, bille, on –

Publié par Accueil, Poèmes

Pour autant qu’on en soit convaincu, peu importe le cadre : c’est un aimant bleu à pivot rouillé qui l’emporte systématiquement. Un chuintement sourd dans le fond du jardin nous appelle. Il faut, sans doute, le suivre. Son brame remonte doucement, comme le calme humide en éclosion après la pluie sur l’asphalte. Mon Père qui veille, Soyez clément. Menez-nous pas à pas sur la route…

Lire la suite