Guy Debord en embuscade. 

« La satisfaction que la marchandise abondante ne peut plus donner dans l’usage en vient à être recherchée dans la reconnaissance de sa valeur en tant que marchandise : c’est l’usage de la marchandise se suffisant à lui même; et pour le consommateur l’effusion religieuse envers la liberté souveraine de la marchandise. Des vagues d’enthousiasme pour un produit donné, soutenu et relancé par tous les moyens de l’information, se propagent ainsi à grande allure. Un style, un vêtement surgit d’un film ; une revue lance des clubs, qui lancent des panoplies diverses. Le gadget exprime ce fait que, dans le moment où la masse marchandise glisse vers l’aberration, l’aberrant lui même devient une marchandise spéciale »

 

 

 

Laisser un commentaire

S’abonner à la newsletter