Le prix libre te permet de participer au financement d’un lieu ou d’une activité selon tes moyens.
Si tu n’as rien, personne n’a le droit de te le reprocher.
Le prix libre réduit la valorisation par l’argent, réduit le privilège de l’abondance, tente de casser le règne de la marchandise.
En cela, tu es aussi légitime que n’importe qui, quel que soit ta participation.
Cette pratique vise à déculpabiliser le pauvre d’être pauvre autant qu’à permettre aux plus aisés d’être partageux.
Le prix libre est à mi-chemin entre la gratuité et le chantage financier permanent du monde de la marchandise autoritaire.
Il est une pratique qui ne prône rien d’autre que son dépassement, sa disparition.
La victoire du prix libre réside donc dans la possibilité de son abolition.
Il n’est qu’un chemin vers une forme plus aboutie du partage ; du partage directement-vécu.
Arme contre la séparation riche/pauvre, le prix libre se veut le témoin d’un monde où les classes sociales tendraient à s’abolir.
QUI FAIT DU PRIX LIBRE UNE MODE EN EN PERVERTISSANT LA STRATÉGIE OFFRE A LA CIVILISATION MARCHANDE DE QUOI SURVIVRE UN PEU PLUS LONGTEMPS

PERSONNE N’EST PLUS LÉGITIME QUE TOI.

Laisser un commentaire

S’abonner à la newsletter