Reine des succubes
Réveil dans la nuit cosmique
Aligner le sixième œil au plexus lunaire

«  Berce-moi dans les eaux roulantes
parmi les méduses et les serpents
le fleuves rouges de sang
que cascadent tes genoux
fais-moi oublier la pluie noire
et les arbres sous MDMA.

Si j’avance vers toi
c’est que j’aime sur ma peau
la sensation du contre courant
comme l’archange crépusculaire
va voler la couronne au sommet de l’arbre des morts
ne me trompe pas,
ne viens pas dans ce monde,
ne prends jamais figure humaine,
fais plutôt que je sois une brute sans cœur,
ne viens pas surprendre mes yeux
va-t-en voler la couronne au sommet de l’arbre des vivants

https://www.youtube.com/watch?v=X3PT5HRV4Jo

à contre ciel, je m’élève

ombre-moi dessus, je te ferai bondir
tente-moi de ton fruit, arrête, non
les fils de l’homme te feront souffrir.
Je connais un chemin éclairé par la lune
pas celui qu’enseignent les livres d’enfants
parce qu’on ne démantèlera jamais sa maison
avec les outils du maitre
je t’enseignerai l’herboristerie
les cosmogonies matriarcales
et la danse de pan.

 

tu me parlera de tes caraïbes
nous irons malaxer nos langues
tu m’échangera ton espagnol
contre mon vocable fourchu
et nous réhabiliterons le verbe d’or
loin, bien loin des livres d’histoire
et des vieux grimoires. »

 

Lilith déposa le miroir et repoussa l’ange. Elle n’entendit aucun bruit mystérieux, pas d’avantage ne fut-elle endormie pour être transportée dans son sommeil vers le temple des animaux magiques. Il ne pouvait subsister pour elle le moindre doute : aucun pouvoir, de personne, pas même du diable, ne lui était échu. Lilith se tourna vers Eve qui saignait de la bouche et lui dit : « le premier lien sociable stable de l’espèce humaine est celui qui unit la femme à l’humain qu’elle met au monde. Ensuite, c’est l’ensemble de liens qui s’organisent autour. Celui des femmes qui s’entraident. L’image de la sorcière fut créée pour justifier l’holocauste des femmes qui ont conservé la flamme de leur ancien mode de vie ainsi qu’une sexualité différente. Prend ma main et ensemble nous narguerons les mois, les saisons, la précession des équinoxes. » 

S’abonner à la newsletter